Deficalisation
Publié le - 545 v. -

Les différences entre la loi Madelin et le PERP

La loi Madelin et le PERP sont tous deux des produits d’épargne destinés à générer des compléments de revenus au moment de la retraite. Dans les deux cas, le capital constitué se transforme en rente viagère dont bénéficie le retraité jusqu’à son décès. Celle-ci est en outre assujettie au paiement de l’impôt sur le revenu. Loi Madelin et PERP, pour lequel opter ?

Le contrat Madelin

Tout comme l’assurance-vie, le contrat Madelin propose deux types de contrat : le contrat en fonds en euros et le contrat multi-support qui combine les produits en unités de compte et ceux en fonds en euros pour un rapport équilibré rendement-risques. Le taux de conversion du capital en rente est défini au moment de chaque versement ou au moment de la souscription du contrat. Le montant de la rente future peut alors être estimé à l’avance.

Ceci à la différence du PERP dont le taux est celui en vigueur à la date de sortie. Le versement est également obligatoire tous les ans, et le montant minimal est défini à l’avance. Par ailleurs, le montant de chaque versement ne doit pas excéder 10 fois plus le montant initial. De plus, tout comme le PERP, le déblocage des fonds peut être envisagé dans certains cas d’exception.

Le contrat PERP

Ces cas d’exception donnant lieu au déblocage du capital pour les contrats Madelin et le PERP sont notamment le surendettement, l’invalidité, l’expiration des allocations de chômage, le décès du conjoint ou du partenaire PACS, la cessation de l’activité non salariée due à une liquidation judiciaire, etc. Contrairement au contrat Madelin, aucun versement n’est obligatoire avec le PERP. Ce dernier permet une sortie anticipée en capital, de l’ordre de 20%. Le capital peut également être débloqué dans le cas du financement relatif à l’acquisition de la première résidence principale de l’épargnant.

Laissez votre commentaire à propos de cet article